La mécréance du Taghout

 

( Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux) بسم الله الرحمن الرحيم

 

 

'AqidahAl kufr (la mécréance) › La mécréance du Taghout

 

La mécréance du Taghout

 

Le Taghout

 

D’après la langue arabe, le mot « TAGHOUT », prend sa racine du mot « toghiane », ce qui signifie transgresser, dépasser les limites.

 

Dans le vocabulaire islamique, le TAGHOUT est quiconque dépasse ses limites, puis s’attribue à lui-même un droit exclusivement réservé à Allah et se place à l’égal d’Allah dans ce qu’Il S’est réservé.

 

Qu’est ce qu’un taghout?

 

L’Imam Malik a donné une définition du Taghout :

 

« Le Taghout est tout ce qui est adoré en dehors d’Allah. » Ceci est une bonne définition générale car elle englobe tout ce qui est adoré en dehors d’Allah. Parmi ces divinités considérées comme Tawaghits, on trouve les statues « Al-Asnam », les idoles « Al-Awthan » (comme les tombeaux, les pierres, les arbres, entre autres parmi les choses inanimées), les lois différentes de celles d’Allah qui règlent les litiges entre les gens, les juges qui jugent avec ces lois différentes, Satan, les sorciers, les devins (ceux qui se prétendent connaître l’invisible), ceux qui sont adorés et satisfaits de l’être, ceux qui s’attribuent le droit de rendre « hallal », de rendre « haram » ou de « légiférer ». Tous ceux-là sont des Tawaghits (pluriel de Taghout) qu’il faut renier, désavouer, ainsi que ceux qui les adorent.

 

L’Imam Muhammad Ibn Abdel Wahhab a dit :

 

Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que la première chose qu’Allah a commandée aux fils d’Adam est le rejet du Tâghût et la foi en Allah. La preuve réside dans la parole d’Allah : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: ‹Adorez Allah et écartez-vous du Tâghût›. » [Sourate An-Nahl verset 36]

 

Quant à la façon de rejeter le Tâghût : c’est de croire en la nullité de l’adoration d’un autre qu’Allah, de la délaisser, de la détester et de juger mécréant celui qui la pratique, et de considérer comme ennemi celui qui s’en rend coupable.

 

Pour ce qui est du sens de la foi en Allah : c’est que tu crois qu’Allah est le Dieu adoré Unique, en excluant toute autre chose, en ne vouant toutes les formes d’adoration qu’à Allah, et en les rejetant pour tout autre qu’Allah. C’est aussi le fait d’aimer les gens qui ne vouent leur adoration qu’à Allah et de les prendre comme alliés, et de détester les gens du Chirk et les considérer comme ennemis. - 30 -

 

C’est bien cela la religion d’Ibrahim dont toute personne s’en éloignant a rabaissé son âme, et c’est cela, l’exemple qu’Allah nous a demandé de suivre lorsqu’il dit : « Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : ‹Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul›. » [Sourate Al-Mumtahanah verset 4].

 

Le Tâghût est un terme général. Ainsi, tout ce qui est adoré à la place d’Allah et qui s’en satisfait, que ce soit un objet d’adoration, un être que l’on suit ou à qui on obéit dans la désobéissance d’Allah et de Son Messager, est un Tâghût. Et les Tawâghît sont nombreux, mais les types principaux sont au nombre de cinq :

 

1.Satan qui appelle à adorer un autre qu’Allah : la preuve réside dans la parole d’Allah : « Ne vous ai-Je pas engagés, enfants d'Adam, à ne pas adorer le Diable ? Car il est vraiment pour vous un ennemi déclaré » [Sourate Yâsîn verset 60]

 

2.Le gouvernant transgresseur qui change les lois d’Allah : et la preuve réside dans la parole d’Allah : « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi [prophète] et à ce qu'on a fait descendre avant toi ? Ils veulent prendre pour juge le Tâghût, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement. » [Sourate An-Nisâ verset 60]

 

3.Celui qui juge par autre chose que la loi révélée par Allah : la preuve réside dans la parole d’Allah : « Et quiconque ne juge pas selon ce qu’Allah a révélé, les voilà les mécréants » [Sourate Al-Mâidah verset 44]

 

4.Celui qui prétend connaître l’invisible en dehors d’Allah : et la preuve réside dans la parole d’Allah : « [C'est Lui] qui connaît le mystère. Il ne dévoile Son mystère à personne. Sauf à celui qu'Il agrée comme Messager et qu'Il fait précéder et suivre de gardiens vigilants » [Sourate Al-Djinn versets 26-27]. Allah a aussi dit : « C'est Lui qui détient les clefs de l'Inconnaissable. Nul autre que Lui ne les connaît. Et Il connaît ce qui est dans la terre ferme, comme dans la mer. Et par une feuille ne tombe qu'Il ne le sache. Et pas une graine dans les ténèbres de la terre, rien de frais ou de sec, qui ne soit consigné dans un livre explicite. » [Sourate Al-An’âm verset 59] - 32 -

 

5.Celui qui est adoré en dehors d’Allah tout en étant satisfait de cette adoration : la preuve réside dans la parole d’Allah : « Et quiconque d'entre eux dirait : ‹Je suis une divinité en dehors de Lui›. Nous le rétribuerons de l'Enfer. C'est ainsi que Nous rétribuons les injustes. » [Sourate Al-Anbiâ verset 29]

 

Et sache que l’homme ne devient croyant en Allah que s’il rejette le Tâghût. La preuve réside dans la parole d’Allah : « La voie droite et l’égarement se sont clairement dissociés. Et celui qui rejette le Tâghût et croit en Allah, il s’est certes accroché à l’anse ferme inébranlable. Et Allah est Audient et Sachant. » [Sourate Al-Baqarah verset 256]

 

La voie droite : la religion de Muhammad, et l’égarement : la religion de Abû Djahl, et l’anse ferme : le témoignage que nulle divinité n’est digne d’être adorée si ce n’est Allah, qui comporte la négation et l’affirmation. La négation de toute forme d’adoration vouée à autre qu’Allah, et l’affirmation de tous les types d’adoration à Allah Unique et sans associé.

 

---

 

La mécréance du Taghout est le premier pilier du Tawhid

 

Quelles sont les conditions du désaveu du Taghout ?

 

Les conditions du désaveu du Taghout sont:

 

1. La conviction de la nullité de l’adoration du Taghout : al-i‘tiqad bi boutlani ‘ibadati at-taghout

 

Le Très-Haut a dit :

« Il en est ainsi parce qu’Allah est la Vérité, et que tout ce qu’ils invoquent en dehors de Lui est le Faux, et qu'Allah, c’est Lui Le Haut, Le Grand »

(Sourate 31 - Verset 30).

 

2. Le délaissement ainsi que l’éloignement : at-tark wal-ijtinab

 

C’est-à-dire, délaisser l’adoration du Taghout. Allah a dit : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire] : "Adorez Allah et écartez-vous du TAGHOUT" » (Sourate 16 - Verset 36)

 

Il faut savoir, que le délaissement ici s’opère à 3 niveaux :

 

1. Délaissement par le cœur.

2. Délaissement par les paroles.

3. Délaissement par les actes

 

On ne peut dire d’une personne qu’elle a délaissé le Taghout et s’en est écartée, tant que le délaissement ne s’opère pas à ces 3 niveaux.

En effet, parmi les gens, il en est qui délaissent le Taghout par la parole et les actes, mais ne le délaissent pas par le cœur (croyance) ; telle est la situation des hypocrites.

 

Parmi les gens, il en est qui le délaisse par la croyance mais ne le délaissent pas par la parole, comme ceux qui jurent sur le respect des statues, idoles et tawaghits.

 

Parmi les gens, il en est qui le délaissent par la croyance, mais pas par les actes ; comme ceux qui se prosternent devant le Taghout ou vont demander son jugement.

 

Ainsi, on en déduit qu’une personne ne peut être considérée comme ayant rejeté le Taghout, tant que le délaissement ne s’est pas effectué à ces 3 niveaux.

 

Il se peut qu’une personne nous dise : « S’écarter du Taghout et le délaisser n’implique pas le fait de s’en écarter par les actes ; il suffit de s’en écarter par le cœur et les paroles »

 

En réponse, nous disons : « cette parole est insensée ». Et la raison en est qu’Allah nous a montré le sens de « l’écartement » et cela doit être fait par le cœur, la parole et les actes.

 

Allah a dit : « Le vin, le jeu de hasard, les pierres dressées, les flèches de divination ne sont qu'une abomination, œuvre du Diable. Ecartez-vous en, afin que vous réussissiez » (Sourate 5 - Verset 90).

 

Il est connu que si une personne croit dans son cœur que le vin est interdit et proclame haut et fort cette croyance, mais malgré cela, elle persiste à en boire et ne délaisse pas cet acte (c’est-à-dire que ses actes ne sont pas conformes à l’écartement), alors, nul ne dira de cette personne qu’elle s’est écartée du vin ; mais on dira que cette personne est un buveur de vin qui mérite une punition (cette personne reste musulmane mais désobéissante).

 

Aussi, celui qui croit que chercher un jugement auprès du Taghout est un acte de mécréance, et proclame cette croyance haut et fort, mais malgré cela il persiste à y recourir et attribue l’adoration de demande de justice au Taghout et ne la délaisse pas, alors aucune personne censée ne dira qu’il s’est écarté du Taghout et de son adoration ; mais on dira que c’est un adorateur du Taghout, associateur à son Seigneur.

 

3. Prendre pour ennemi : al-‘adawah

 

Allah a relaté les paroles d’Ibrahim lorsqu’il dit à son peuple :

« Que dites-vous de ce que vous adoriez...? Vous et vos vieux ancêtres ? Ils sont tous pour moi des ennemis sauf le Seigneur de l’univers » (Sourate 26 - Versets 75 à 77)

 

4. Détester : al-Boughd

 

Allah a dit : «Certes, vous avez eu un bel exemple [à suivre] en Ibrahim et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : "Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul" » (Sourate 60 - Verset 4).

 

5. Excommunier : at-Takfir

 

C’est-à-dire qu’il faut traiter de mécréant le Taghout, ainsi que ceux qui l’adorent, ceux qui le prennent pour allié, et il faut traiter de mécréante toute personne prêchant ou venant avec la religion de la mécréance.

 

L’Imam Muhammad Ibn ‘Abdel Wahhab a dit : « Saches, qu’Allah te fasse miséricorde, que la première obligation qu’Allah a imposée aux enfants d’Adam est la mécréance au Taghout et la croyance en Allah. La preuve en est la parole Du Très-Haut : « Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire] : "Adorez Allah et écartez-vous du Taghout" » (Sourate 16 - Verset 36).

 

Quant à la façon de mécroire au Taghout, il faut que tu sois convaincu que l’adoration d’autre qu’Allah est vaine, que tu la délaisses, que tu la détestes et que tu traites de mécréants ses partisans et que tu les haïsses. ».

 

Il dit encore, qu’Allah lui fasse miséricorde : « Saches que l’homme ne saurait être croyant sauf s’il mécroit au Taghout. La preuve en est la parole Du Très-Haut : « Donc, quiconque mécroit au Taghout tandis qu’il croit en Allah saisit l’anse la plus solide, qui ne peut se briser. » (Sourate 2 – Verset 256) » (Majmou‘ at-Tawhid 1ère Rissala P14-15)

 

Il dit encore, qu’Allah lui fasse miséricorde : « Allah, Allah, Ô mes frères accrochez-vous à la base de votre religion, son commencement et sa fin, son principe et son origine : le témoignage de « La ilaha illa Allah ». Puis, apprenez sa signification et aimez-la ; aimez ses adeptes et faites en sorte qu’ils soient vos frères, même s’ils vous sont lointains. Puis, mécroyez aux Tawaghits et haïssez-les, détestez-les et détestez ceux qui les aiment ou qui polémiquent à leur sujet ou qui ne les traitent pas de mécréants ou disent : « Qu’ai-je à faire d’eux ? » ou « Allah ne m’a pas chargé d’eux » car en disant cela, ils forgent un mensonge sur Allah. Allah, certes, les a chargés d’eux en leur ordonnant de les renier, de les désavouer, et cela même s’il s’agissait de leurs frères et de leurs enfants.

 

Allah, Allah, accrochez-vous à cela, peut-être rencontrerez-vous votre Seigneur sans rien Lui associer. Ô Allah, nous Te demandons de nous faire mourir musulmans et de nous faire rejoindre les gens pieux »

 

(Majmou‘ at-Tawhid 5ème Rissala)

 

---

 

NOTE : en ce qui concerne celui qui juge pas selon les lois d'Allah, celui-ci n'est pas nécessairement mécréant si il croie à l'obligation de la charia, ..., mais commet un péché (koufr douna koufr) et quant à celui qui commet un acte de mécréance et le takfir (excommunication), il est bien de savoir que les savants ont expliqué les règles à suivre à ce sujet et de ne pas se précipiter dans le jugement du takfir

 

---

 

Annexe importante

 

La question suivante a été posée à son éminence Shaikh Sâlih Al-Fawzân :

 

Question :

 

Éminent Cheikh, qui doit être considéré comme apostat ? Nous désirerions une définition claire, car il se peut que l’on considère apostate une personne qui s’attache à un faux argument (shubhah) [pour justifier son acte de mécréance].

 

Réponse :

 

Décréter l’apostasie d’une personne et l’exclure de la sphère de l’Islam est du ressort des savants fermement ancrés dans la science religieuse (Ar-Râsikhûn fil ‘Ilm), à savoir les juges officiants dans les tribunaux religieux. Ceci est valable pour toutes les autres affaires. Cette responsabilité n’est pas du ressort de toute personne, ou du ressort des pseudo-étudiants5, de ceux qui s’affilient faussement à la science religieuse et qui présentent un déficit en terme de connaissances religieuses. Il n’est pas de leur ressort de décréter l’apostasie d’une personne. En - 34 -

effet, ceci engendrerait un grand désordre, car ils pourraient considérer qu’un musulman a apostasié sans que cela ne soit vrai. Or considérer comme mécréant un musulman qui n’a pas accompli d’acte annulatif de l’Islam est extrêmement dangereux, car quiconque dit à son frère : « Ô mécréant ! » ou « Ô pervers ! » alors qu’il n’en est rien, verra cette fausse accusation se retourner contre lui. Ainsi donc, ceux qui décrètent l’apostasie [d’une personne] sont les juges légaux. Et ceux qui mettent en application la peine encourue sont les dirigeants des musulmans. Toute autre chose n’est que désordre et mal.

 

[Source : Al-Muntaqâ min Fatâwa Ash-Shaikh Sâlih Al-Fawzân, question n°21]

 

 

La question suivante a été posée au Shaikh ‘Abdul’Azîz Ar-Râdjihî après une conférence traitant des actes annulatifs de l’Islam :

 

Question :

 

Est-il permis à n’importe qui de mettre en application ces règles [concernant le Takfîr] ou bien doit-on s’en remettre aux personnes maîtrisant le sujet ?

 

Réponse :

 

On doit s’en remettre aux savants, car ce sont eux qui scrutent et analysent ce genre de questions. Quant au commun des musulmans et étudiants, ils doivent retourner vers les savants pour ce genre d’affaires et il n’est pas de leur ressort d’émettre des avis à ce sujet, car ils sont encore étudiants. Pour ce qui est du commun des musulmans, ils ne sont pas du tout aptes à traiter ce genre de questions. Il en est de même pour les étudiants : ils doivent s’en remettre aux savants et ne doivent pas émettre d’avis et considérer les gens mécréants selon ce que leur dictent leurs passions. Ce n’est pas en lisant deux ou trois pages d’un livre que l’on peut émettre un avis et considérer mécréants les musulmans. Ce n’est pas de leur ressort et doivent donc s’en remettre aux savants. En effet, on peut croire qu’un certain comportement est un acte de mécréance alors qu’il n’en est rien, et ce, en raison d’un déficit en terme de science, un manque de clairvoyance, une certaine précipitation et de faibles connaissances religieuses.

 

[Source : extrait d’une conférence traitant des actes annulatifs de l’Islam]

 

 

Shaikh Sâlih Âli Shaikh a dit :

 

« Décréter qu’une personne en particulier est mécréante et appliquer sur elle toutes les règles - 36 -

découlant de l’apostasie nécessitent la sentence d’un juge qui dissipera ses doutes et l’invitera à se repentir. »

 

[Source : explication des quarante hadiths de l’Imâm An-Nawawî, hadith n°3]

 

Hadiths.net© • Muslim@hadiths.net