لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ مُحَمَّدٌ رَسُولُ ٱللَّٰهِ


  'AqidahLe dogme › ...


Sera bienheureux celui qui est honnête avec son Seigneur

 

Sera bienheureux celui qui est honnête avec son Seigneur, en reconnaissant devant Lui son ignorance dans la science, ses failles dans la pratique, les défauts de son âme, ses manquements dans (le respect de) Ses droits et son injustice dans sa relation avec Lui.

 

Si (Allâh) le saisit pour ses péchés, il y voit Sa justice ; et s'Il ne le saisit pas pour cela, il y voit Sa grâce.

 

S'il fait une bonne action, il la voit comme une faveur et une aumône (d'Allâh) à son égard, et s'Il l'accepte, il y voit une seconde faveur et aumône (de Sa part).

 

En revanche, si (Allâh) la rejette, (il sait que) c'est parce qu'il ne convient pas qu'une action telle que celle-ci Lui soit exposée.

 

S'il accomplit une mauvaise action, il la voit comme étant le fait qu'Allâh l'a laissé (livré à lui-même), délaissé et privé de Sa protection, et ceci fait partie de Sa justice envers lui.

 

(Ce serviteur) voit donc en cela son indigence envers son Seigneur, ainsi que l'injustice de son âme.

 

Et si (Allâh) la lui pardonne, (il sait que) c'est purement dû à Sa bienfaisance, Sa bonté et Sa générosité.

 

Le point essentiel et la clé de cette question sont que (le serviteur) ne voit son Seigneur que bienfaisant et ne se voit que malfaisant, négligent ou défaillant.

 

Il voit donc que tout ce qui le rend heureux provient de la grâce et de la bienfaisance de son Seigneur envers lui, de même que tout ce qui le rend triste provient de ses péchés et de la justice d'Allâh envers lui.

 

Source : "Al-fawâïd" d'Ibn al-Qayyim, "Dâr 'âlam al-fawâïd" (La Mecque), seconde édition, p. 47-48.

Traduit par Souleyman Bébel/سليمان ببل

Publié sur la chaîne Telegram - t.me/Souleyman_Bebel


قال الإمام ابن القيم -رحمه الله

طوبى لمن أنصف ربّه؛ فأقرّ له بالجهل في علمه، والآفات في عمله، والعيوب في نفسه، والتفريط في حقّه والظلم في معاملته

فإنْ أخذه بذنوبه رأى عدله، وإنْ لم يؤاخذه بها رأى فضله

وإن عمل حسنةً رآها من منّته وصدقته عليه؛ فإن قَبِلَها فمنّةٌ وصدقةٌ ثانية، وإن ردّها فَلِكَوْنِ مِثْلِها لا يصلح أن يواجَه به

وإن عمل سيِّئةً رآها من تخلّيه عنه، وخِذلانه له وإمساك عصمته عنه، وذلك من عدله فيه، فيرى في ذلك فقرَه إلى ربّه وظلمَه في نفسه
فإن غفرها له، فبمحض إحسانه وجوده وكرمه

ونكتة المسألة وسرّها أنه لا يرى ربّه إلا محسناً، ولا يرى نفسه إلا مسيئاً، أو مفرِّطاً أو مقصِّراً
فيرى كل ما يسرّه من فضل ربّه عليه وإحسانه إليه، وكل ما يسوؤه من ذنوبه وعدل الله فيه

 المصدر : "الفوائد" لابن القيم، "دار عالم الفوائد" (مكة)، الطبعة الثانية  - ص٤٧-٤٨


Imam Muhammad Ibn Abî Bakr Ibn Qayyîm al-jawziya - الإمام محمد بن أبي بكر ابن قيم الجوزية